Ordiphone, libre, et compromis

« Hey salut ! Ça va ? Dis toi qui t’y connais avec tous les trucs libres etc… Pour les téléphones, niveau achat tu conseilles quoi ? J’ai vu passer le Fairphone mais je connais pas… »

Voilà le message que j’ai reçu à mon réveil l’autre jour. Je n’avais pas encore tout à fait émergé des profondeurs abyssales du royaume des songes ; et ce n’était pas évident d’apporter une réponse rapide. Pour gagner du temps : j’ai dis que j’allais écrire un article pour répondre à cette question…

Pour ne pas laisser mon interlocutrice sans réponse, j’ai creusé le sujet avec elle :

OURSBLANC : « C’est un sujet très vaste ! Qu’est ce que tu attends d’un téléphone toi ? »

INTERLOCUTRICE : « Ben je m’en sers pour regarder des vidéos, prendre des photos « à la va-vite » (j’ai un vrai appareil photo digne de ce nom pour mes sorties photos). Bref : beaucoup d’internet, et le GPS quand je suis perdue ! »

O : « Et plus largement pourquoi voudrais tu un téléphone « libre » ? Qu’est ce que tu espères de plus par rapport à un téléphone « saveur pomme » (ou Samsung, ou autre…) ?
 
I : « Pour ne pas donner à tout va mes infos persos, et le Fairphone m’a attiré pour son côté « tu peux le réparer », et il est plus éco-responsable ! Et ma batterie qui lâche au bout de deux ans… Tu saurais peut être m’aiguiller ? Comme mon téléphone bug de plus en plus j’y réfléchis… »
Personne tenant un ordiphone

En réalité, ce qui parait être une question simple est en fait un sujet très vaste, et c’est d’ailleurs le sujet de cet article. Mais je vous voir venir, vous êtes pressé, vous n’avez pas envie de lire un pavé  pendant 15 minutes et vous voulez tout de suite arriver à la conclusion. Alors si vous voulez la réponse courte :

« J’en sais rien. A toi de voir ! »

Vous êtes déçu ? Je m’y attendais, mais c’est pourtant la réponse que j’apporterai à ce genre de question : en effet tout est une affaire de compromis. Or, si vous avez déjà pensé à faire ces conciliations, je pense que cet article ne vous servira pas à grand chose. Dans le cas contraire, je vais tenter de vous guider pour vous poser les bonnes questions avant de sauter (ou non) le pas.

Précisions :

  • Je n’ai pas de conflit d’intérêt (je ne travaille pas pour une marque de téléphone ou pour un opérateur téléphonique)
  • Personne ne me paye pour écrire ce qui va suivre.
  • Comme toujours, ce qui suit est le résultat d’une réflexion personnel suite à tout un tas de lecture et de visionnage d’articles, d’interviews, ainsi que de reportages sur le sujet. Il y aura peut être des inexactitudes. N’hésitez pas à me les faire remarquer pour améliorer cet article.
  • Je préfère le terme d’ordiphone à celui de téléphone ou smartphone. En effet avec ce terme, je trouve que l’on appuie sur le côté « ordinateur » de ces petits appareils. Le mot « smart » signifiant « intelligent » et ces machins sont tout sauf intelligent.
  • Je vais beaucoup parler du Fairphone , néanmoins je sais que ce n’est pas la seule alternative qui existe. Aussi, je vais souvent utiliser ce terme pour parler de ce produit en particulier, mais parfois ce terme désignera tous les produits similaires « type Fairphone ».
  • Enfin, je n’ai pas de Fairphone. Mais rassurez vous les réflexions qui suivent pourront vous servir !

 

Mais c’est quoi au juste un Fairphone ?

Extraits des articles Wikipédia (celui ci, et celui là)

Fairphone désigne la gamme d’ordiphones conçu et produit par la société néerlandaise du même nom. Cette entreprise a la particularité de créer des appareils dont les éléments matériels et logiciels ont été pensés pour être facilement réparés ou mis à jour. De plus, bien que la fabrication d’un tel objet ne puisse être en accord avec les principes du commerce équitable (à cause de la complexité du produit notamment) ; la société Fairphone s’est fixée des objectifs tels que :

  • une meilleure redistribution des bénéfices le long de la chaîne de production ;

  • un contrôle de la provenance des composants pour éviter le financement de groupes armés, impliqués dans des conflits ;

  • le recyclage d’anciens téléphones avec l’ONG néerlandaise Closing The Loop, qui agit au Ghana, où sont abandonnés de nombreux déchets électroniques ;

  • une moindre consommation en énergie par rapport aux autres ordiphones, et une facilitation de la réparation et du recyclage.

Un Fairphone2

Au sujet des composants ; vous n’êtes pas sans savoir que vos appareils derniers cris (et donc vos ordiphones) sont fabriqués à partir de composants électroniques. Or, ces derniers sont fabriqués (entre autre) avec des terres rares (on parle aussi de métaux rares). Ces éléments sont utilisés en électroniques pour fabriquer des LED notamment (vous savez, ces petites ampoules  que l’on trouve partout) . De plus, on utilise également des matériaux d’importance stratégique comme l’or . Oui, oui : il y a de l’or dans vos appareils électroniques (en quantité infime cependant). On utilise ses propriétés afin de réaliser des contacts électriques inoxydables .

Aussi, ces matériaux étant très demandé, et n’étant pas réparti uniformément sur la surface du globe, ils entraînent des tension géopolitiques et même des conflits armés. De plus, ils sont souvent extraits dans des pays en voie de développement et la sécurité des ouvriers, des mineurs, ainsi que le respect des normes écologiques laissent à désirer.

Voilà pourquoi Fairphone contrôle au mieux la provenance des matières premières pour fabriquer ses ordiphones.

J’achète !

Minute papillon ! Comme je l’ai déjà dit, ce n’est pas si simple. En effet il ne suffit pas d’accoler une étiquette « commerce équitable » pour que ca devienne exempt de tous défauts. Gardons un esprit critique. Si je devais faire une analogie (j’adore ça) , nous voyons que depuis quelques années, une prise de conscience / mode s’est faite : celle de manger plus sainement et de manger bio. Je n’ai rien contre ça particulièrement , mais à la supérette à coté de chez moi, les produits bio sont emballés dans des barquettes en plastique pour ne pas être confondu avec les produits non-bio. On sent bien qu’on marche sur la tête. On pense consommer « mieux » mais on pollue un peu plus avec ce satané plastique. Et puis est ce qu’il vaut mieux manger une salade bio dans un emballage plastique qui a poussé à l’autre bout du monde (ça pollue le transport !) ou du non-bio qui a poussé à 10 km de chez moi ? (Ce n’est pas le sujet de cet article mais au sujet du bio et du local voici un début de réponse)

A travers ce petit exemple, j’ose espérer que vous ressentez le dilemme. C’est pas si simple. Bref, continuons de creuser.

Un étalage de légumes bio sous emballage plastique dans un rayon d’une grande enseigne. (Il y a un indice sur cette image 🙂 )

 

Le temps des compromis

Et oui ! Il est temps de faire des compromis. Rappelez vous de la petite conversation au début de cet article. Je cite : « ma batterie qui lâche au bout de deux ans…« 

La batterie

Durée de vie d’une batterie

Il est extrêmement difficile de donner la durée de vie d’une batterie car elle dépend d’énormément de facteur : température, utilisation, intensité du courant, type de chargeur, type de batterie, etc… etc… Sur internet, vous trouverez tout un tas de moyenne et de comparatif différents donnant des valeurs différentes  (Tout dépend des facteurs et de comment on regarde les choses). En revanche, une chose est certaine : les batteries se dégradent dans le temps et vont perdre en efficacité. C’est malheureux, mais les lois de la physique-chimie sont irrémédiables. En effet, vos batteries contiennent des produits chimiques, et même si vous ne les utilisez pas, ça travaille là dedans !

Pour que vos batteries tiennent plus longtemps, (et éviter de gaspiller et d’en racheter une tous les six mois) voici tout de même quelques conseils qui ont l’air de faire l’unanimité (on trouve tout et son contraire…) Ces conseils peuvent s’appliquer aussi pour les tablettes et plus généralement pour tout ce qui est à base de batterie lithium-ion.

  1. Rationner ! Déjà, on va s’arranger pour utiliser son ordiphone plus intelligemment, le rendre plus économique, donc moins solliciter la batterie : et par conséquent la recharger moins souvent. Pour cela, des petits trucs tout bête comme :
    • baisser la luminosité ou appliquer des thèmes sombres (j’en parlais là)
    • couper les fonctionnalités quand on en a pas besoin (Bluetooth, WiFi, 4G, GPS…)
    • supprimer les applications trop gourmande
    • réduire les permissions des applications intrusives (certaines applications même lorsque vous les couper, continuent de travailler en arrière plan)
    • réduire les intervalles de mise à jour (avez vous vraiment besoin de vérifier en temps réel si vous avez reçu un nouveau mail ? Vous pouvez augmenter cet intervalle toutes les heures par exemple. Ainsi votre ordiphone sera moins souvent sollicité, et la batterie vous remerciera)
    • réduire le temps de mise en veille de votre ordiphone (l’écran s’éteindra plus rapidement et économisera de la batterie)
    • dans certains cas, on peut mettre son ordiphone avec l’option « économiseur de batterie » activée (ça dépend de votre utilisation)
    • … etc… (lise non exhaustive)
  2. Éviter la chaleur ! En effet, les batteries supportent mal les températures extrême (trop haute, ou trop basse) . Laisser recharger son ordiphone sous un oreiller ou en plein soleil est une mauvaise idée et cela va dégrader fortement ses capacités.
  3. On évite d’utiliser son ordiphone pendant la charge. Comme expliqué ci dessus, la chaleur est mauvaise pour la batterie. Or si vous utilisez votre smartphone, vous allez sollicité les composants à l’intérieur, ils vont donc chauffer, et faire monter en température l’ensemble de votre appareil. (Oui c’est pas super bien ventilé ces machins là…) . Alors je sais, des fois on a besoin de consulter rapidement quelque-chose sur son ordiphone. Si c’est un SMS , dans l’idéal il faudrait éviter mais on peut faire une exception. En revanche, il faut vraiment éviter de regarder un film ou de lancer un jeux vidéo !
  4. Éteignez le pendant la charge. Même si vous n’utilisez pas votre ordiphone, il y a des processus qui tournent en tâche de fond. Ça peut faire un peu chauffer, et perturber légèrement la charge. Mais surtout : si le périphérique est éteint, vous serez moins tenter d’aller jouer à Fortnite dessus !
  5. Évitez la recharge rapide ! Bien entendu, on peut utiliser ce type de technologie mais avec parcimonie et pas tous les jours !
  6. Évitez de vider entièrement votre batterie avant de le recharger. Apparemment les batteries de type lithium-ion supportent mieux les petites recharges d’une vingtaine de %
  7. Encore une fois, c’est une liste non exhaustive, car on trouve tout et son contraire sur ces sujets complexes ; néanmoins les conseils que je viens de donner semble faire l’unanimité.

Avec ces conseils, vous devriez pouvoir garder votre batterie quelques années de plus. Mais un jour ou l’autre, il faudra la changer c’est inévitable.

Choix de la batterie

Le mieux c’est d’acheter la batterie officielle « constructeur ». Néanmoins vu les écarts de prix que l’on peut trouver avec des batteries générique, on peut être tenter d’acheter un modèle générique. Sachez tout de même que le SAV peut vous enquiquiner si vous n’utilisez pas les batteries « officielles » approuvés par le constructeur. De plus, certaines batteries (vraiment bas de gamme) peuvent être d’efficacité et de capacité vraiment médiocre, et au pire surchauffer ou exploser.

Changer la batterie

C’est là qu’est l’os hélas ! Si il fut un temps où l’on pouvait ouvrir son téléphone en deux coup de cuillères à pot et extraire de ses entrailles, batterie, carte SIM, et carte SD ; ces dernières années ont vu l’émergence d’un nouveau type de conception « unibody » où la plupart des composants sont soudés et inaccessible à l’utilisateur. (Et je ne vous parle même pas de l’absence des prises Jack)

Les constructeurs vous diront que ces conceptions modernes permettent de réduire les coûts, d’obtenir des téléphones plus performants, plus fins, plus léger, et qui font le café. Je n’ai pas de preuve à apporter mais quelque-chose me dit que ça les arranges bien qu’on puisse pas nous même triturer l’intérieur du téléphone pour le réparer ; et que l’on soit donc obligé de faire appel au SAV et aux réparateurs agréés en déboursant quelques sesterces…

Si comme moi, vous avez un ordiphone « à l’ancienne » alors en deux temps trois mouvement on ouvre le bouzin, on remplace la batterie, clic, clac, kodak, le tour est joué !

Un éclaté d’un i-phone XS max

En revanche, si vous avez un ordiphone de ce genre, il ne vous reste plus qu’a pleurer ou trouver quelqu’un qui puisse vous faire ce changement (si c’est possible de le faire car ce n’est pas toujours le cas) pour un prix acceptable.

On en arrive à notre premier compromis :

Est ce que je change la batterie (quitte à payer un réparateur pour le faire) et me retrouver avec une facture salé ? Ou est ce que j’en profite pour changer de téléphone ?

Le « bug »

Rappel de la petite conversation : « Comme mon téléphone bug de plus en plus j’y réfléchis »

Info zéro

Pourquoi on dit « bug » d’ailleurs ? Si vous n’êtes pas étranger avec la langue de Shakespear, vous savez que « bug » signifie « insecte » . Et pour la petite histoire : il a bien longtemps, lors des balbutiement de l’informatique ; un insecte était venu se faufiler et griller entre deux composants : provocant une panne de la machine. Les informaticiens de l’époque ont cherché l’origine de cette panne. Et on découvert le premier « bug » de l’histoire ; d’ailleurs le voici : (plus d’informations sur la page Wikipédia)

Photo du « premier cas réel de bug (insecte) », dans le journal d’entretien du Harvard Mark II conservé à la Smithsonian Institution.

 

Pourquoi nos ordiphones buggent / ralentissent ?

Rassurez vous : ils ne sont pas plein d’insectes. Enfin… Normalement ! Les raisons des différents ralentissements et autres pannes inexpliqués sont multiples et indénombrables, que ce soit pour des causes logiciels, ou matériels. Voici une petite liste non exhaustive des problémes, des explications, et des solutions que l’on peut y apporter :

  1. Le Hardware s’use
    • C’est comme ça, on peut rien y faire. Les composants physiques de votre ordiphone vont petit à petit s’user à l’instar de votre batterie. Néanmoins cette usure est trés lente, et les points suivants sont plus souvent à l’origine des ralentissements que la simple usure du matériel
  2. Des programmes en arrière plan qui utilisent toutes les ressources disponnibles
    • Comme vu précédemment pour nos batteries. Certains programmes tournent en arriére plan, et même quand votre ordiphone est en veille. Afin de libérer des ressources, je vous conseils fortement de limiter ces applications, et de modifier leurs intervalles de mises à jour. Et votre batterie vous en remerciera au passage !
  3. Des malwares qui utilisent les ressources de votre ordiphones à vos dépends
    • Des petits programmes malicieux peuvent utiliser votre ordiphone pour aller miner de la cryptomonnaie dans votre dos. Alors pour éviter ce genre de désagrément éviter de télécharger tout et n’importe quoi sur des sources douteuses.
  4. Obsolescence programmée
    • Certains constructeurs s’arrangent pour que leur ordiphone deviennent de moins en moins performant pour forcer les utilisateurs à le changer plus fréquemment. On a également déja vu certains constructeurs qui bridaient sciemment leurs produits avec des mises à jours douteuse. (Coucou Apple… (et j’imagine que c’est aussi arrivé chez le petit robot vert))

En plus de cette liste, une des raisons les plus importantes est la saturation des différentes ressources de notre ordiphone : Mémoire vive (RAM), stockage, et processeur. Pour bien comprendre ces phénomènes il faut s’intéresser à plusieurs facteurs.

Des applications de plus en plus gourmandes

Chaque année, la puissance des processeurs augmentent. Vous entendrez parfois dire qu’elle double, et d’autres vous parleront de la loi de Moore. Ce n’est pas tout à fait exact statistiquement parlant mais vous pouvez garder cette idée en tête en première approximation.

Evolution de la puissance des processeurs par marque et par année. Ce graphique n’a pas pour but de favoriser une marque au détriment d’une autre, mais de montrer une tendance générale de l’augmentation de la puissance de nos machines. Extrait du site « Android Authority »

Or, vu que les processeurs sont plus puissant, on peut se permettre d’ajouter plus de fonctionnalités et par conséquent on obtient des applications plus gourmandes. Bien évidemment, les développeurs font (parfois) leur possible pour les optimiser mais ce n’est pas si simple. La même application va généralement être de plus en plus gourmande en ressources d’année en année. Et vous ne pouvez pas vraiment ajouter de la ressource à votre ordiphone, et je ne vous parle même pas des « unibody » (parfois on ne peut meme pas ajouter une carte SD !)

Alors vous vous dites peut être qu’il « suffit de ne pas télécharger les mises à jours » . Pour faire simple : c’est une trés mauvaise idée. D’une part car les mises à jours permettent de corriger des bugs (ceux la meme qui peuvent faire ralentir votre appareil) ; de plus, il arrive que des applications deviennent moins gourmande et plus fluide aprés une mise à jour ; et enfin la raison la plus importante : c’est que ces mises à jours permettent de fixer des failles de sécurité. J’en ai déja parlé à différentes occasions sur ce blog : un systeme qui n’est pas à jour est un systeme vulnérable.

Pour palier à cela, et comme vu précédemment : on peut limiter les applications en arriére plan. De plus, pensez à faire un petit tri des applications que vous n’utilisez jamais. Enfin, bien que je ne recommande pas vraiment l’utilisation des services « made in GAFAM » sachez qu’il existe des applications dites « lite » avec moins de fonctionnalités certes, mais qui en contrepartie utilisent moins de ressources (enfin, c’est ce qu’ils disent !) voici quelques exemples :

  • Facebook Lite
  • Youtube Go
  • Opera Mini
  • Twitter Lite
  • Notons quand même Firefox Lite (Enfin du libre !)

Compromis numéro 2 :

Ai je vraiment besoin de ces 27894 applications ? De recevoir une notification à des intervalles très court ? Est ce que je peux me contenter des versions « lite » ?

Enfin , sachez que les systemes d’exploitations (OS) de nos téléphones ont le même problème : ils deviennent de plus en plus gourmand d’année en année…

Des espaces de stockages de plus en plus rempli

Nos ordiphones stockent les informations dans des cellules (« clusters ») de stockage électroniques. Imaginez des petites boites pouvant retenir une petite quantité d’information. Or a chaque fois que l’on va écrire ou réécrire une nouvelle information dans une cellule, cette derniére va se détériorer un petit peu. Au bout d’un certain nombres de cycle (plusieurs milliers, ce qui parait beaucoup mais en réalité pas tant que ça) la cellule devient inutilisable. Pour éviter que ce soit toujours la même cellule qui recoit les informations (et ainsi accélerer son vieillissement et la rendre inutilisable en premier) on a eu l’idée de répartir cette usure sur toute les cellules. Un coup c’est la cellule 1 qui fera le boulot, la fois d’aprés la cellule 2, encore aprés la cellule 3 etc… C’est ce qu’on appelle le « wear levelling » dans la langue de David Beckham (plus d’informations ici). Or pour que cette répartition puisse se faire (attention je simplifie à l’extrême) il faut qu’il y ait toujours un peu d’espace de stockage disponnible pour que ce nivellement de l’usure fonctionne.

Autrement dit : si vous avez fait un reportage photo et qu’il ne reste plus de place sur votre espace de stockage ; c’est peut être le moment de libérer de la place en transférant tout ça (et en profiter pour faire une copie de sauvegarde, j’en ai déja parlé).

On considère qu’il faut toujours laisser environ 10 à 20 % d’espace de stockage libre. (Je n’ai pas trouvé de chiffre exact, comme pour les batteries : c’est pas simple)

Troisième compromis :

Au vu de ces informations, peut être que je vais réussir à lui donner une nouvelle jeunesse ! Est ce que je le garderai pas finalement mon ordiphone ?

Pensez à libérer un peu de place !

Écoresponsable

Au vu des précédents paragraphe, il me semble pertinent de juste changer la batterie (lorsque c’est possible) et / ou de changer ses habitudes plutôt que de racheter un ordiphone. Sauf si…

Neuf ou occasion ?

Admettons qu’il n’y a rien à faire et qu’on souhaite changer de modèle. On peut également réfléchir à acheter un modèle d’occasion reconditionné plutôt que d’acheter du neuf.. Il existe tout un tas de site qui propose des smartphones remis à neuf a des prix beaucoup plus attractifs. Quelques précautions cependant : tous les sites ne se valent pas donc pensez bien à regarder les prix, l’état de l’ordiphone (ben oui, c’est de l’occasion, le bouton ON/OFF sera peut être un peu écaillé ?) , les garanties, le SAV etc… Pour éviter les mauvaises surprises, le mieux restent peut être de trouver pas loin de chez vous un revendeur, et d’aller voir physiquement l’objet de vos désirs et de l’examiner sous toutes les coutures. Je sais qu’il existe aussi des market place (coucou Backmarket) qui regroupent des revendeurs de produits reconditionnés. Personnellement; je préfère passer directement par l’entreprise qui reconditionne plutôt que par ce genre de plateforme. Ça évite les intermédiaires.

 

Quel modèle ?

C’est LA grande question. Et spoiler : y’a pas de bonne réponse. Prenez le modèle qui vous convient selon vos critères (qualité du GPS, appareils photo, couleur de l’ordiphone, prix, etc…) . Cependant vu les points que l’on a cité plus haut prenez aussi en compte ces quelques points :

  • Privilégiez des ordiphones avec suffisamment de stockage
    • (Ben oui, si votre appareils (surtout les entrées de gamme) n’a pas beaucoup de mémoire, et si lorsque vous le recevez le système de base est déja plein à 80%, rappelez vous de ce que l’on racontait plutôt au sujet du « wear levelling » et vous comprenez alors que vous venez d’acheter une brique…)
  • Privilégiez des ordiphones avec des batteries amovibles
  • Privilégiez des ordiphones avec des espaces de stockages amovibles
  • Privilégiez des modèles répandus. En effet, vous trouverez :
    • Beaucoup d’aide en ligne sur un modèle répandu (d’autres avant vous auront certainement eu le même soucis)
    • Beaucoup plus facilement des pièces détachés à des prix acceptables
    • Beaucoup plus facilement des accessoires (protège écran, coque) a des prix acceptables
    • Une communauté beaucoup plus active sur les forums et autre en cas de problémes
  • De manière générale, privilégiez des ordiphones facilement démontable / réparable
  • Et évitez les téléphones de type « unibody »

 

Quatrième compromis :

Ai je vraiment besoin d’acheter à neuf le dernier modèle top moumoute qui vient de sortir ? Ne puis je pas me contenter d’un modèle inférieur, reconditionné, maintenant que je sais prolonger (un peu) sa durée de vie ?

 

ifixit

Peut être que vous n’avez pas l’âme de Bob le bricoleur et que d’une part vous ne savez pas réparer un téléphone ; et d’autre part : juger de la réparabilité d’un téléphone. Heureusement, des gens ont pensés à vous en créant le site ifixit (littéralement : « Je le répare »)

C’est quoi ?

ifixit est un site expliquant et détaillant les étapes de réparation de différents modéles d’ordiphone. Ce site se base sur un système de wiki (tout le monde peut venir le modifier) et se rémunère grâce à la vente d’outils de précisions et de pièces. Voici l’article Wikipédia, et le site officiel. De plus, le site propose (pour la plupart des équipements) une note de réparabilité allant de 0 (irréparable) à 10 (parfaitement réparable) . Comme expliqué précédemment, avoir un ordiphone répandu augmentera les chances de trouver de la documentation sur ce site . Pensez à vérifier tout ça sur ce site avant de vous décider pour tel ou tel modèle.

 

Exemple avec le Samsung Galaxy S5. Remarquez sa note de réparabilité (5/10) et les tutoriels les plus consultés. (D’autres tutoriels existent pour ce modèle)

 

Cinquième compromis :

Certes, le téléphone de mes rêves était très beau , et faisait décapsuleur et chauffe tartine, mais ne vaut il pas mieux prendre un autre modéle plus facilement réparable avec de la documentation disponible sur ifixit ?

 

Et le libre dans tout ça ?

J’ai gardé le plus gros morceaux (et le meilleur) pour la fin.

Le logiciel libre

Bien que « le libre » peut désigner tout un tas de chose, ce mot fait souvent référence au « logiciel libre ».  Or un logiciel est libre si et seulement si sa licence garantit les quatre libertés fondamentales :

  • la liberté d’utiliser le logiciel
  • la liberté de copier le logiciel
  • la liberté d’étudier le logiciel
  • la liberté de modifier le logiciel et de redistribuer les versions modifiées
Et on peut faire tout ça car le code source (la recette si vous préférez) est disponible. Alors attention, ça ne veut pas dire que le logiciel sera meilleure. Je peux créer un logiciel libre qui marche pas très bien et qui envoie vos données personnelles sur mon adresse mail. 
Néanmoins, vu que le code est ouvert, et bien quelqu’un pourra copier le logiciel, le modifier pour qu’il marche, et retirer la fonctionnalité qui envoie vos données personnelles. En effet la communauté libriste est assez attentive sur la question de la protection des données personnelles. Quand ce n’est pas nécessaire : on ne les demande pas.  Attention, ca ne veut pas dire que tous les logiciels libres ne vont rien faire de vos données ; en revanche lorsqu’ils le font, c’est clair net et précis. Vous savez ce qui est utilisé, dans quel but, etc…
Pour aller un peu plus loin sur le logiciel libre, je vous recommande chaudement de lire ce poster réalisé par l’April.

(Cliquez pour agrandir)

Il existe tout un tas de logiciels libre, dont certains trés connus (je pense à VLC ou Firefox par exemple) qui marchent trés bien. Cependant dans certains cas particuliers, il se peut que le logiciel ne fonctionne pas trés bien car il est encore jeune (ou abandonné) , et qu’il ne posséde pas encore toutes les fonctionnalités que vous désirez. Dans ces cas là …

Sixieme compromis :

Est ce que je suis pret à utiliser un logiciel libre un peu moins bien que le logiciel propriétaire que j’utilisais auparavant ? Ou bien « tant pis » dans ma liste de logiciel, il y aura un logiciel propriétaire ? Ou bien encore « tant pis, je me sacrifie et j’utiliserai pas ce logiciel même si il m’était bien utile … J’espére qu’un jour y’aura un équivalent libre ! »

 

Installez des logiciels libres sur mon Android

J’ai déjà fait un article au tout début de ce blog sur le sujet. Ca date un peu, beaucoup de chose ont été améliorées depuis mais dans son ensemble : c’est encore lisible. L’idée c’est d’utiliser le magasin d’application F-droid qui recense des applications open-source, libre, ou partiellement.

En effet, certaines applications sont libre mais vous connectent à des services qui sont beaucoup moins transparents et respectueux de ces utilisatrices et utilisateurs. Je pense à l’application Frost qui permet de vous connecter à Facebook. Lors de l’installation de telles applications « problématiques » un petit avertissement sera affiché avant l’installation.

L’installation de F-droid ne nécessite pas d’être root, c’est à dire d’avoir les droits super-utilisateur sur votre ordiphone. En effet, la plupart des constructeurs bloque l’accès à ces fonctions avancées. (Est ce que c’est bien ou pas ? C’est un autre débat…). Néanmoins, certaines applications nécessite d’avoir un appareil « rooté » pour les faire fonctionner. (Rassurez vous, dans la majorité des cas, vous n’aurez pas besoin de l’être)

Personnellement je vais chercher toutes mes applications sur ce store, mais vous pouvez continuer d’utiliser en parallèle du Google Play Store pour les applications

Voici ma petite liste de recommandation personnelle (non exhaustive)

  • K-9 Mail (pour lire les mails)
  • Red Moon (pour appliquer un filtre rouge la nuit et protéger vos yeux. J’en parlais ici.)
  • NewPipe (pour lire des vidéos sur youtube en étant (un peu) moins pisté·e)
  • Silence (pour envoyer des SMS chiffrés de bout en bout. Il faut que votre correspondant utilise lui aussi Silence pour activer cette fonction)
  • Fennec (Firefox pour mobile)
  • Document Viewer (pour lire des Ebook et des PDF)

Petit bonus : Si vous hésitez entre deux applications proposant la même fonctionnalités, préférez toujours celle qui a reçu la mise à jour la plus récente. En effet si une application n’a pas reçu de mise à jour en plusieurs années, c’est peut être que le projet a été abandonné.

 

Système d’exploitation libre

C’est quoi un systeme d’exploitation ?

Un systeme d’exploitation ou « operating system » en anglais (souvent abrégé par OS) représente l’ensemble des programmes qui coordonne les différents composants (disque dur, écran, processeur, mémoire, etc…) de l’appareil informatique. C’est lui qui permet l’interface entre l’utilisateur et les composants informatique. Au vu de sa position stratégique, on peut dire qu’il est « le chef » et peut voir tout ce qui se passe sur le systeme. Ce n’est pas vraiment rassurant quand on utilise un OS opaque (coucou Windows ; et devinez quoi ? J’en ai déja parlé ici ) . Heureusement il existe également des OS libre ! Pour ordinateur,  ( Coucou GNU/Linux et FreeBSD !) mais aussi pour ordiphone !

Pour nos ordiphones, sachez qu’il n’existe pas que Android ! En vrac : LineageOS, Replicant, /e/, Snailfish, ubuntu touch, KDEplasma, firefoxOS, pureOS, pine64…

Juste à titre de comparaison : Android est un système en partie libre, ce qui fait qu’on peut y contribuer, contrairement à iOS qui est complètement fermé… Nous ne parlerons pas de la Pomme mais du petit robot vert…

Le cas Android

Android est un systeme d’exploitation développé par Google.

Hé mais attend ! Google c’est pas ce qu’il y a de plus libre !

En effet, mais le code source d’android est open-source. Tout le monde peut donc y contribuer. Les différences avec le libre sont subtiles  : c’est relativement la même chose, c’est juste que le libre va plus loin en pronant les valeurs philosophique que l’on a vu précedemment.

Google a donc son petit code source ouvert que l’on appelle AOSP (Android Open Source Project) , il y ajoute sa petite surcouche personnelle (propriétaire car propriété de Google) : le Google Play Store, Google Doc, Google Truc, Google « Fais-moi-le-café » etc… c’est ce qu’on appelle Android Vanilla. Enfin, big G peut diffuser cette version et chaque fabricant d’ordiphone peut y implémenter sa petite sur-couche bien à lui avec ses petits logiciels « maison » . (C’est pour votre bien d’aprés eux…) . Samsung par exemple rajoute TouchWizz, leur interface utilisateur, mais celle-ci est sous licence propriétaire.

Si vous ne voulez pas vous encombrer de tous ces logiciels propriétaires (souvent malveillants) essayez donc de changer pour une version Vanilla ou AOSP pure.https://oursoide.wordpress.com/2020/05/18/ordiphone-libre-et-compromis/

Holà, mais ca m’a l’air bien compliqué pour moi tout ça !

Et oui c’est souvent comme ça, soit vous donnez aveuglément votre confiance, soit vous essayez de comprendre par vous même pour faire des choix éclairés. Je préconise la deuxieme option.

Cependant, rassurez vous ! Il existe des solutions « prête à l’emploi » pour vous simplifier la vie ! Il existe en effet des systèmes d’exploitation basé sur AOSP. C’est à dire la partie open source du projet Android. Dans les paragraphes qui vont suivre, on va rentrer un peu dans le technique et il faudra par moment mettre les mains dans le camboui. Rassurez vous : je ne vais pas vous abandonner et je vous proposerai des solutions « out of the box ». Promis !

 

LineageOS

LineageOS est un systeme d’exploitation qui succéde à CyanogenMod. Cet OS rajoute quelques fonctionnalités à AOSP de base comme par exemple la prise en charge du format audio .FLAC ; ou l’accés « root » (l’accés root n’est pas accessible de base, il faut ajouter un .zip aprés l’installation et avant le premier lancement) Voilà quoi ca ressemble :

Exemple d’une interface LineageOS; remarquez l’absence de Google Play Store

Alors évidemment, y’a pas le Google Play Store, et ca tombe bien car on veut pas être pisté. Mais du coup, ca veut dire qu’on n’a pas Snapchat. (Et Spoiler : vous trouverez pas Snapchat ni d’équivalent dans F-droid.)

Septieme compromis

Est ce que je vais réussir à vivre sans Snapchat et les autres applications malveillantes ? Est ce que j’arriverai à changer mes habitudes et à utiliser d’autres alternatives ?

Bon. J’ai un peu menti… Si jamais vous êtes accroc, vous pouvez tout de même installer des applications provenant du Google Play Store sans installer le Google Play Store… (Ce que je ne recommande pas. Je ferai un article à ce sujet, et pour ceux qui veulent chercher par eux même : utilisez Aurora.) Néanmoins, certaines applications ont besoin de la surcouche Google pour fonctionner (vous savez ? Celle contenue dans Android Vanilla) . J’ai fait le test avec Citymapper, Snapchat et Tinder, on arrive à les installer mais on ne peut pas les faire fonctionner. En revanche, ca marche avec Instagram… C’est au petit bonheur la chance !

Si on veut faire fonctionner ces applications, il faut rajouter la petite surcouche Google (et du coup notre ordiphone se retrouve un peu plus sous l’emprise de big G). Sur LineageOS on peut le faire avec OpenGApps ou MindTheGApps. On peut également choisir la surcouche la plus rikiki possible afin d’être pister le moins possible par monsieur Google (ou alors la big surcouche qui contient touuuuuuus les petits logiciels du géant américains. C’est vous qui voyez…)

Extrait du site OpenGApps. Remarquez la liste des différentes versions. Super étant la plus complète, et pico la moins intrusive.

Notez enfin qu’utiliser OpenGApps ou son équivalent MindTheGApps enfreint les conditions d’utilisation de Google. C’est grosso modo expliqué ici.

La Compatibilité

Chaque ordiphone étant différent, il faut adapter chaque OS pour chaque modéle d’ordiphone, à chaque fois. Bien que LineageOS soit trés utilisé, et qu’il soit compatible avec beaucoup d’appareils, il ne l’est pas avec tous. Voici la liste des appareils compatibles. (Pensez à décocher « Show discontinued device » pour éviter d’afficher des appareils qui ne sont plus pris en charge.)

L’installation

Comme pour la compatibilité, chaque appareil est différent, et chaque installation est différente également. Vous trouverez toutes les informations dans le wiki officiel de LineageOS. Si vous êtes perdu et que vous ne comprenez rien. Rassurez vous. D’une part, vous pouvez peut etre trouver de l’aide en ligne, ou dans des associations pas loin de chez vous. Il faudra un peu bricoler et mettre la main à la pate. Mais je vous avais promis une solution « clef en main », et elle arrive dans le paragraphe ci dessous :

Les fork de LineageOS

LineageOS étant lui aussi open source, certains développeur sont repartis de cette base pour créer d’autres OS (on parle de ROM dans ce cas là, c’est pas exactement la même chose, mais ca nous entrainerait trop loin dans les détails techniques. Considérez que OS = ROM en premiére approximation. Pour ceux qui veulent comprendre quand même, vous trouverez un début de réponse en anglais ici. )

Quelques exemples de ROM basés sur LineageOS (non exhaustive)

N’oublions pas /e/ et Replicant, mais ce sont deux cas particuliers et j’en parle juste aprés. Pour le reste si vous le pouvez : je vous recommande tout de même de rester sur LineageOS. En effet, ce dernier est utilisé par un peu plus grand nombre de personne : vous serez donc plus à même de trouver de l’aide ; et vous aurez également un peu plus de certitude quant à la pérénité de l’OS dans le temps. Aussi, préférez toujours les versions officielles de ces ROMS. Les ROMS non officielle (que l’on peut trouver sur le forum xda-developper par exemple) sont à vos risques et périls.

/e/ foundation

Extrait de l’excellent article de Tinerion : (je vous recommande de le lire)

« /e/, anciennement nommé Eelo, est un fork de LineageOS développé par Gaël Duval et son organisation à but non-lucratif eFoundation. Cet OS, en accord avec le manifeste de /e/ se veut mêler le respect de la vie privée de l’utilisateur·ice et la simplicité d’utilisation du système »

Je considére /e/ un peu différent car il se veut user friendly, orienté cloud et chapeauté par une fondation. De plus, l’installation d’OS personnalisé nécessite un peu de connaissance technique, et peut paraitre déroutante aux néophytes. Et je vous comprends. Vous voulez un ordiphone respectueux de vos données, vous êtes prêt à y mettre le prix, mais vous considérez que c’est pas à vous d’aller triturer votre dernier achat pour le faire fonctionner ; et que vous n’avez pas à vous débrouiller tout seul.

C’est pour palier à ça que la /e/ fondation propose des ordiphones avec /e/ préinstallé dessus ! Voici la page de leur boutique. Vous trouverez également une section Assistance pour vous aider dans votre transition.

Petite note au passage : je vous proposerai en fin d’articles, d’autres solutions « pret à l’emploi » du même genre.

Enfin, /e/ utilise microG pour faire fonctionner des applications utilisant les librairies Google (et elles sont nombreuses !) (C’est un peu l’équivalent de OpenGApps et MindTheGApps)

Pour plus d’informations, vous pouvez aussi consulter la page Wikipédia.

Logo de /e/

Replicant

Extrait du site internet de Replicant :

Replicant estun système d’exploitation mobile à logiciel libre mettant l’accent sur la liberté et la confidentialité/sécurité. Il est basé sur LineageOS et remplace ou évite tous les composants propriétaires du système, tels que les programmes et bibliothèques de l’espace utilisateur ainsi que les firmwares.
Replicant se veut un système éthique : il n’embarque ni ne recommande l’utilisation de logiciels non libres.

Malheureusement, ce dernier n’est pas disponnible pour beaucoup d’appareils, principalement des appareils anciens, et très souvent : des fonctions comme le GPS ou l’appareil photo ne fonctionneront pas.

Logo de Replicant

 

Les autres OS

Il existent également d’autres OS qui ne sont pas basé sur LineageOS. Voici une petite liste non exhaustive :

 

Utilisez du libre, votre matériel vous le rendra

Un point que je n’ai pas abordé plus tot mais qui me semble essentiel : les OS et les applications libre (et open source) permettent à l’utilisatrice ou l’utilisateur d’avoir le contrôle de leur périphérique. Ca implique qu’il y a pas (ou trés peu) de pistage / flicage. Que par conséquent il n’y a pas (ou beaucoup moins) de processus qui tournent en arriére plan. Et les développeurs et développeuses évitent d’ajouter quantité de fonctionnalités qui ne servent qu’a donner de la donnée aux GAFAM. Enfin, beaucoup de développeurs et de développeuses pensent à ceux qui ont des veilles machines.

Par conséquent, on obtient des OS plus léger, et des applications moins gourmandes. Or si vous vous rappelez bien, tout ça, ça va dans le sens de l’allongement de la durée de vie de vos petits appareils ! (N’hésitez pas à retourner lire le passage sur la batterie, et sur les ralentissements).

Huitième compromis

Pourquoi pas garder mon ordiphone actuel , trouver de l’aide pour y installer un OS libre et des applications libre ? Ça allégera grandement mon ordiphone et lui donnera une nouvelle jeunesse tout en évitant de donner trop d’informations aux GAFAM !

 

Le matériel libre

On vient de voir, que les logiciels, et les systèmes d’exploitations peuvent être libre. Mais le matériel (ou hardware) peut l’être aussi ! Mais… C’est plus compliqué. Voyons ça ensemble !

Définition extraire de l’article Wikipédia :

Le matériel libre , matériel ouvert ou matériel open source désigne, par analogie avec le logiciel libre et le logiciel open source, les technologies des matériels et produits physiques développés selon les principes des ressources libres de droits ou sous licence libre.

Concrètement, imaginez une machine sur laquelle vous auriez la liberté de l’utiliser, de l’étudier, de la modifier, d’en reconstruire une autre, et de la redistribuer. C’est ça le matériel libre. Cette fois ci, ce n’est plus le code qui est ouvert, mais les plans pour la fabrication.  Et bien c’est ça le matériel libre, on parle aussi d’open hardware, ou on utilise le sigle anglais : OSHW (Open Source HardWare)

Voici par exemple un nano ordinateur (c’est un équivalent d’un Raspberry Pi) sous license Open Hardware (c’est écrit à coté du trou en haut à droite)

Un Olimex Olinuxino Lime2, un nano-ordinateur Open Hardware

 

Le logo OHSW

 

Vous pouvez donc trouver (sur le site web officiel) toute la documentation nécessaire, les plans, les spécificités de chaques puces etc…

Un extrait des plans détaillés du circuit imprimé.

Malheureusement : il n’existe pas d’ordiphone basé sur du matériel libre… Par conséquent il vous faudra encore faire à nouveau des compromis :

Neuviéme compromis

Qu’est ce que je prends comme ordiphone ? Je dois choisir un modéle qui me parait pas trop « sale »…

 

Big brother is watching you

Nous n’en avons pas encore parlé ; mais utiliser des logiciels libres orientées « protection de ma vie privée » vous permet d’être un peu moins pisté par les géants des Internets. Dans la grande majorité des cas, on peut considérer ça comme suffisant.

La protection VS la menace

En effet, dans le cas d’une utilisation « courante », vous allez vouloir reprendre le contrôle de vos données. Par exemple, en considérant que la vidéo de communion de votre neveu ne regarde que vous et pas YouTube.

En revanche, si vous êtes dans des professions où le secret est trés important (journaliste, avocat…) alors une protection supplémentaire peut-être nécessaire.

Avant de tout blinder, de se couper du monde, et d’aller se réfugier au fond d’un bunker ; il faut réfléchir à ça : de quoi je veux me protéger ?

Concrêtement, un journaliste en zone de guerre aura plus de menaces que vous qui ne souhaitez pas que votre employeur sache quelques choses de vos activités personnelles.

A ce sujet là, pour aller plus loin je vous recommande chaudement cet article.

Pour faire une analogie ; dans ma cuisine : j’ai plus de chance d’avoir un incendie domestique qu’une asphyxie au sulfure d’hydrogéne. Par conséquent, je m’équipe d’un détecteur de fumée, mais pas d’un détecteur 4 gaz.

Encore une fois : compromis !

Dixiéme compromis

Quelles « menaces » pour quelles protection ?

Se protéger au maximum

A ce sujet si vous considérez qu’il faut que vous soyez protégé au maximum, sachez que Edward Snowden a récemment posté ceci :

Traduction :

Si je configurais un smartphone aujourd’hui, j’utiliserais GrapheneOS de DanielMicays comme système d’exploitation de base. Je dessoudrais les microphones et garderais les radios (cellulaire, wifi et bluetooth) éteintes quand je n’en aurais pas besoin. J’acheminerais le trafic par le réseau Tor.

GrapheneOS

Extrait de la page Wikipédia (traduit par mes soins) :

GrapheneOS est un système d’exploitation mobile pour smartphones, basé sur Android, avec une sécurité renforcée, axé sur la protection de la vie privée, gratuit et open-source. […] Il est compatible avec plusieurs smartphones Google Pixel.

Vu qu’il est assez particulier, j’en ai pas parlé plus haut lorsqu’on parlait des différents systemes d’exploitation pour ordiphones. Comme l’explique Wikipédia, GrapheneOS est pensé pour les ordiphones de la gamme Pixel de chez Google (oui, c’est étonnant). Les développeurs de Graphene recommendent d’utiliser des Pixel3 (ou leurs dérivés). Notez quand même que Edward Snowden recommende de désoudder le microphone, c’est pas le truc le plus simple à faire d’une part, et d’autre part c’est embetant pour téléphoner. N’allez vers de telles extrémités si vous en avez vraiment besoin.

Le réseau Tor

Parler du réseau Tor me fait déborder un peu en dehors du cadre de cet article. Je ne vais pas m’étendre sur ce point mais vous redigirez vers la page d’explication du  site Nos-Oignons ainsi que vers l’article Wikipédia.

 

 

Conclusion

Pfiou ! On arrive ENFIN à la conclusion. Bon, je l’achète ou pas ce Fairphone ?

Une histoire de compromis

Repensons à tous les critéres et les compromis que l’on vient d’évoquer. Avez vous fait vos choix ? A ce sujet, je tiens à préciser que personne n’est parfait, et que peut être que d’un coté vous utilisez Facebook (beurk c’est pas terrible !) mais que de l’autre, vous souhaitez installer LineageOS et utiliser Fdroid sur votre ordiphone (ha ! c’est bien !).
D’une part : c’est super ! C’est un premier pas, c’est vachement bien et je préfére vous féliciter sur ces changements que de venir critiquer : « Ha ba ouai mais t’as encore Facebook ! » . D’autre part, comme on dit souvent on peut changer le monde , mais un peu à la fois.

 

Le Fairphone 3

Parlons maintenant du Fairphone 3, le dernier né de la gamme Fairphone, peut être que ca vous aidera dans votre choix :

Le FairPhone 3

Qualités :

  • Un engagement et des responsabilités de la part de l’entreprise
    • Matériaux recyclés
    • Filiaire d’approvisionnement équitable
    • Un produit qui se veut durable
  • Téléphone facilement réparable (le seul à avoir la note de 10/10 sur le site ifixit !)
  • Piéces de rechanges
  • Batterie remplaçable
  • Des performances satisfaisantes (je vous laisse consulter ses spécifications techniques pour vous faire votre propre avis)

Défauts :

  • Android 9 installé par défaut. (Version Vanilla sans surcouche constructeur) Ce n’est pas vraiment un défaut puisqu’on peut installer un autre OS. Vu que FairPhone est assez « open », beaucoup de développeur ont déja (et continueront) proposer des OS alternatifs pour cet appareil.
  • Un design « vieillot » (dans le sens ou ce n’est pas le portable le plus fin ou le plus esthétiquement réussi. Personnellement je m’en moque, mais je sais que ca compte pour certaines personnes)
  • Le prix. (c’est pas donné. Pour le même prix on peut avoir beaucoup plus puissant (encore un compromis de derniere minute ?))

De plus on peut noter également ces quelques critiques sur le modéle 1 et 2 d’aprés son article Wikipedia.

 

 

D’autres alternatives

Des ordiphones avec un autre OS dessus

C’est pas évident à trouver, mais certaines associations, ou boutiques de geek proposent des ordiphones avec un OS alternatif à Android déja installé dessus. Vous pouvez également trouver des associations qui organisent des rencontres physiques afin de vous aider à installer un OS alternatif sur votre appareil. Je vous laisse faire vos propres recherches sur les internets pour trouver une organisation proche de chez vous ! Ci dessous, quelques pistes vers d’autres alternatives encore (mais encore une fois la liste n’est pas exhaustive)

La /e/ foundation

J’en parlais déja tout à l’heure : la /e/ foundation qui propose des ordiphones avec /e/ préinstallé dessus. Et regardez bien, y’a même le Fairphone 3 sur leur boutique !

 

Un FairPhone 3 avec /e/OS (d’après la boutique /e/ foundation)

Le PinePhone

Une solution un peu plus « geek » que la précédente : Pine64 propose le PinePhone, un ordiphone vendu sans OS . Vous pouvez donc installer l’OS que vous voulez. Sachez qu’il existe une version avec UBports directement installé dessus. (Si vous voulez l’acheter c’est par là.)

Le Librem 5

La société Purism propose un ordiphone orienté sécurité et protection des données : le Librem 5. Il dispose de son propre OS : PureOS. Voici un petit tableau comparatif (en anglais) extrait de leur site :

Cliquez pour agrandir

C’est une solution à envisager si vous souhaitez une grande sécurité et une grande protection de vos données personnelles. Voici à quoi ressemble la bête :

 

 

Voilà, c’est fini !

Pour aller plus loin, je peux aussi vous conseiller l’article de Libere-ton-ordi et encore une fois celui de Tinerion.
C’est tout pour moi, j’espére que ce long article vous aura plus, et je reste à votre disposition si jamais vous remarquez des inexactitudes, si vous avez des questions, ou tout simplement pour dire « merci ».
EDIT (10 juin 2020) : un grand merci à Bikepunk pour sa relecture et ses quelques remarques pour améliorer cet article.

2 réflexions sur “Ordiphone, libre, et compromis

  1. Pingback: Matériel nomade | Oursoïde

  2. Pingback: Ordiphone, libre, et compromis | Oursoïde – Management de la Sécurité du Numérique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s