Machines géantes ; constructions hors-normes, et ingénierie.

Cet article n’est pas un « top ».

Dans la vraie vie de la réalité véritable, je travail dans un bureau d’étude. De par ma carrière professionnelle,  mes études, mais aussi ma curiosité personnelle ; j’ai eu l’occasion de découvrir des structures et des machines extraordinaire ! Que ce soit leur gigantisme, ou leur complexité techniques, laissez moi vous présenter quelques belles réalisations surprenantes.

C’est évidemment loin d’être une liste exhaustive ; et je tiens à préciser que je reste émerveillé devant ces prouesses techniques, mais que je ne cautionne pas les dégâts écologiques liés à l’extraction des énergies fossiles (et tous les enjeux sous-jacents)

La plus grosse structure jamais déplacé

Voici Troll A; une plateforme pétrolière construite en béton armé. Il s’agit de la plus grosse structure jamais déplacé.

  • 656 000 tonnes
  • 472 mètres de haut (tout compris)
  • 245 000 m3 de béton
  • 100 000 tonnes d’aciers.

Cette structure a pu être déplacée car elle était flottante lors de sa construction (avant d’être ballastée et ancrée sur le site d’exploitation) ; ainsi elle a pu être remorquée par une petite armada de bateaux (voir la photo ci dessous)

Sa petite fiche Wikipédia

Un documentaire en Français

La plateforme Troll A.

Le remorquage de la plateforme depuis le fjord norvégien jusqu’à la haute mer (site d’extraction)

L’intérieur d’une des piles de Troll A

Comparaison de la taille de Troll A avec l’Empire State Building et la Tour Eiffel

Le plus gros jacket jamais construit

Dans le monde des plateformes pétrolières, on appelle « jacket » une structure métallique en treillis qui sert de fondation pour maintenir la partie supérieure (appelé « top-side ») hors de l’eau et hors de portées des vagues les plus grosses.

Le plus imposant est celui de la plateforme Bullwinkle dans le golfe du Mexique . Accessoirement, c’est la deuxième plus grosse structure jamais déplacé (après Troll A que nous venons de voir)

  • ~412 mètres de haut (520 avec le top-side)
  • ~50.000 tonnes

Un article en anglais sur cette plateforme

Fiche wikipedia (en anglais)

Une petite vidéo qui montre comment on la redresse à la verticale (en anglais et en basse qualité)

Le transport de la structure depuis son site de fabrication jusqu’à son site d’extraction.

Comparatif de la taille de ces structures.

Encore plus grand ! La plus grande « compliant tower« 

Avec le jacket de Bullwinkle, on avait atteint les limites (pour des raisons de taille, de poids, de logistique, et de coûts). Et on a alors inventé les « Compliants Tower » ou CT. On pourrait traduire ça par « Tour Flexible ». Le principe est celui du roseau. Fin et élancé, il plie mais ne se rompt pas.

Voici la base de la plateforme Petronius. C’est pas très impressionnant car elle est télescopique et là on la transporte « repliée ». Il n’y a pas beaucoup de photo à propos de cette structure malheureusement.

  • 535 mètres de haut (sans le top side)
  • 640 mètres tout compris !
  • La plus grande structure autoportante du monde de 2000 à 2008.

Transport de la Compliant Tower Petronius

Comparatif des tailles des différentes structures.

La compliant tower de par sa conception est flexible à la manière d’un roseau. (Je pense que les déformations ont été exagéré pour mieux se rendre compte. J’imagine que ca bouge beaucoup moins en réalité)

La fiche wiki sur les Compliant Tower (en français)

La fiche wiki Petronius (en anglais)

La plus grosse grue flottante du monde

Pour installer les « top-side » en mer, on utilise des grues flottantes d’une capacité gigantesque. La palme revient au SSCV Sleipnir. Un navire de levage semi submersible.

  • Le bateau mesure 220m de long
  • Équipé de deux crues principales
  • Chaque grue possède trois palans (un principale, un auxiliaire, et d’un troisième appelé « whip hook »)
  • Avec le palan principal, chaque crue a uune capacité de levage de 10.000 tonnes (dans un rayon de 27 à 48m) ; de 7000 tonnes jusqu’à 62m de rayon et de 4000 tonnes jusqu’à 82m de rayon
  • Les deux grues utilisées en tandem ont une capacité de levage de 20.000 tonnes (court rayon d’action)
  • Ces grues utilisent 33 km de câble de 72 mm de diamètres
  • Utilisation des plus grands roulements au monde pour faire tourner les grues sur leurs bases (30 mètres de diamètre)
  • La base de la grue est fixée à l’aide de 1100 boulons de 82mm de diamètre maintenus en place par des écrous pesant chacun… plus de 40 kilo !

L’article Wikipédia (en anglais)

Une photo HD du bateau. Si vous ne trouvez pas ça impressionant, zoomer sur un des gardes corps à l’arrière du bateau, dites vous que si vous y étiez accoudé ; la barre arriverait à votre nombril. Ca vous donne un ordre de grandeur , et vous vous rendrez compte du gigantisme de ce vaisseau.

Le site du constructeur (en anglais)

Le Sleipnir en mer

Un levage typique pour un topside. (Ce n’est pas le Sleipnir sur cette photo) Pour vous donner un ordre d’idée de la taille, regardez les garde-corps : ils font environ 1m de haut.

Le VB-10.000 et « The Claw »

Ce bateau est assez dingue. On prend deux coques, on les relies par deux grands portiques, on met une pince en dessous façon « fête foraine » et vous obtenez… le VB-10000.

Comme je le disais, il s’agit d’un un catamaran avec un portique de grande capacité. A la demande de la société Chevron, une griffe (« The Claw« ) a été développé. Il s’agit d’un grappin submersible suspendu au portique de la VB-10000. Il a été conçu pour récupérer les débris immergés sans envoyer de plongeurs.

  • Capacité de levage : (sans les griffes) : 6800 tonnes
  • Capacité de levage (avec une griffe) : 2700 tonnes
  • Chaque barge mesure environ 91 m de long sur 22 m de large.

La griffe (au premier plan) et le VB-10000 en fond.

Levage d’un topside sans la griffe.

Levage avec les griffes

Le VB-1000 et « The Claw » à quai. Remarquez le petit point rouge en dessous de la griffe. C’est un ouvrier. (ça vous donne une idée de la taille)

Sa petite fiche Wikipédia (en anglais)

Vidéo de l’engin en action

Pour aller plus loin sur le site (en anglais) du constructeur vous trouverez des photos et des vidéos

Le « transpalette » des mers

Le Pioneering Spirit est un gigantesque vaisseau spécialisé dans les opérations offshore. Un véritable monstre des mers voyez plutôt :

  • 25 ans de conceptions
  • Poids du bateau : 900.000 tonnes . C’est le plus gros (en tonnage) au monde.
  • 382 mètres de long et 124 mètres de large
  • Dégagement entre les deux coques : 59 mètres
  • Capacité de 571 personnes
  • Il a une forme de catamaran mais ses deux coques finissent par se rejoindre, lui donnant son look de « transpalette »
  • Sa construction a nécessité deux anciens pétroliers, réuni en un seul « catamaran »
  • Capacité de levage (en utilisant un système de ballastage, et de verin à la manière d’un transpalette) : 48 000 tonnes
  • Système de levage auxiliaire (à l’arrière du bateau) : 25 000 tonnes
  • Possibilité d’opérer de la pose de pipeline jusqu’à 4000 mètres de fond.

Son constructeur Allseas est apparemment en train de construire une version encore plus grande… Affaire à suivre !

Remarquez sa forme de transpalette

Le bateau lors du levage d’un top-side (remarquez les verins en position ouvert à l’avant)

Levage d’un jacket avec le système axillaire (image de synthèse)

Grace à son système de levage auxiliaire, le Pioneering Spirit peut transporter jacket ET top-side en même temps. (image de synthèse)

L’article Wikipédia en Francais

Le site du constructeur (en anglais) (notez les vidéos sur la colonne de droite)

Quelques photos, vidéos, et caractéristiques techniques supplémentaires sur ce site (en anglais)

Controverses lié au nom

D’après Wikipedia :

Le navire a été baptisé en l’honneur de l’ingénieur naval Pieter Schelte Heerema, père de Edward Heerema, propriétaire de Allseas. Une controverse a été soulevée par l’engagement de Pieter Schelte Heerema dans les Waffen-SS pendant la Deuxième Guerre mondiale, avant août 1943. Il a ensuite disparu. Pieter Schelte Heerema fut arrêté après la guerre, et condamné à trois ans de réclusion avant d’être libéré après un an et demi pour « services très importants rendus à la résistance entre août 1943 et mars 1944 »

Le porte-parole de Allseas maintenait que le nom donné au navire était un hommage approprié à l’un des pionniers de l’industrie offshore mais le Pieter Schelte fut finalement renommé Pioneering Spirit.

Bateau-ception

Voici le Dockwise Vanguard ; c’est un navire transporteur de colis lourds, semi submersible. C’est le plus grand bateau de ce type jamais construit. Il est conçu pour transporter des plateformes pétrolières, des systèmes industriels lourds, ou encore des navires entiers.

  • 275 mètres de long
  • 79 mètres de large
  • Peut transporter une charge de 117.000 tonnes

Son design est particulier, en effet : plutôt que de soulever les colis et les mettre à son bord, le Dockwise Vanguard peut s’immerger dans l’eau , puis passer sous la structure à récupérer, et remontrer à la surface.

Le Dockwise Vanguard

Le Dockwise Vanguard transportant une plateforme pétrolière

Le Dockwise Vanguard a moitié enfoncé dans l’eau pour pouvoir embarquer son colis

Le Dockwise Vanguard remonte à la surface et est prêt à repartir (une fois son colis bien arrimé) … Un bateau qui transporte un autre bateau.

Une photo pour se rendre comptes des dimensions de ce géant par rapport aux maisons.

Sa fiche Wikipédia en français

Une bateau … en béton armé ?

Pour s’affranchir des grosses fondations que l’on a vu ci dessus (Troll A et ses pieds de béton, le gigantesque jacket de Bullwinkle, ou le principe de compliant tower de Petronius) on a par la suite utilisé des systèmes flottants. Et dans les années 80, le groupe Français Bouygues a conçu une barge de production flottante en béton armé.

J’ai eu l’occasion de discuter avec l’un des ingénieurs en chef de ce projet, qui m’a tout expliqué de long en large. C’était passionnant !

  • 30.000 tonnes d’équipements sur la barge
  • De quoi faire vivre 160 membres d’équipage
  • Dimensions de la coque en béton : 220m de long, 46m de large et 16m de haut
  • de 40 à 50 mm d’épaisseur de béton

Un article relativement complet mais assez technique et en anglais.

La barge en construction à Marseille.

La barge en construction

La barge en construction

La barge en construction

La barge terminée sur son site d’extraction.

Détail sur la coque en béton (réparation de fissure par injection)

Alors ça peut paraître surprenant de faire un bateau en béton armé. Il ne faut pas oublier que ce qui fait flotter un bateau, c’est sa capacité à déplacer son poids en eau. L’acier coule, et pourtant si on lui donne la bonne forme (comme un bol par exemple) on peut le faire flotter. C’est pareil avec le béton. C’est certes très lourd, mais avec la bonne forme (et la bonne étanchéité) ca peut flotter.

D’ailleurs : l’un des premiers objets a avoir été fabriqué avec du béton moderne est une barque. Construire par Joseph Lambot en 1848; il s’agissait en réalité non pas de béton mais de ciment armé (appelé aussi ferrociment ou ferciment). Elle est aujourd’hui encore visible au musée de Brignoles.

Barque en ciment armé de 1848 par Joseph LAMBOT au musée de Brignoles.

Sachez qu’il existe tout un tas de bateau en béton ; et je vous invite à consulter cet article Wikipédia (en français) sur le sujet.

Bonus : une grosse pelleteuse à charbon

On revient sur la terre ferme pour cette excavatrice à charbon : la Bagger 293. C’est le plus gros véhicule terrestre au monde (et certainement l’une des plus grosses machines). Piloté par 5 personnes, il fait partie d’une mine de charbon à ciel ouvert avec d’autres excavatrices géantes.

Bagger 293

On se rend pas bien compte sur la photo (même si les deux petits points jaunes sont des bulldozer … ) alors voici les photos d’un autre modèle un « tout petit peu plus petit » mais similaire :

Bagger 288

Plus d’informations sur ces deux machines avec les pages Wikipédias :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bagger_288

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bagger_293

Conclusion

Voilà, j’espère que ces machines fabuleuses vous auront comme moi émerveillé de par leur gigantisme, leur technicité, ainsi que l’ingéniosité de leur conception. N’hésitez pas à me partager d’autres machines fabuleuses (ça pourrait être l’objet d’un nouvel article)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s