Coup-de-gueule : TrackMania

TrackMania, cette manie de mal faire ! Vous y apprendrez pourquoi il ne faut pas acheter ce jeu…

TrackMania est une série de jeux vidéo développée par Nadeo et éditée par Focus Home Interactive jusqu’en 2009, puis par Ubisoft.

Merci Wikipedia !

Or, un nouvel opus vient de sortir ! Sobrement intitulé « TrackMania ». Et il est discutable sur tout un tas de point que nous allons voir ensemble.

TrackMania est donc un jeu de course, et il est s’est vite orienté « compétition ». On peut donc faire des courses endiablées (tremplin, looping, virage relevé la tête à l’envers) , dans différents véhicules et environnements . Ces derniers possédants leurs propres caractéristiques. Le jeu propose un éditeur de niveau (et la communauté s’en est donné à cœur joie) mais il ne se veut pas réaliste ou simulationiste mais plutôt orienté arcade.

Mais d’abord mettons les choses au clair : cette série de jeux a été très prolifique et c’est un enfer pour s’y retrouver. Voici donc une liste détaillé de tous les jeux de la licence. (Oui, vous avez bien vu : il y a trois jeux qui ont le même nom…)

Année Titre Type
2003 TrackMania Jeux Vidéo
2004 TrackMania: Power Up! Extension + sortie stand alone
2005 TrackMania Sunrise Jeux Vidéo
2005 TrackMania Original Remaster, remake
2005 TrackMania Sunrise Extreme Extension + sortie stand alone
2006 TrackMania Nations Jeux Vidéo
2006 TrackMania United Jeux Vidéo
2008 TrackMania United Forever Extension + sortie stand alone
2008 TrackMania Nations Forever Extension + sortie stand alone
2008 TrackMania DS Jeux Vidéo (Nintendo DS)
2010 TrackMania Jeux Vidéo (Nintendo Wii)
2010 TrackMania Turbo Jeux Vidéo (Nintendo DS)
2011 TrackMania²: Canyon Jeux Vidéo
2013 TrackMania²: Valley Jeux Vidéo
2013 TrackMania²: Stadium Jeux Vidéo
2016 TrackMania Turbo Jeux Vidéo
2017 TrackMania²: Lagoon Jeux Vidéo
2020 TrackMania Remaster, remake
Liste des jeux TrackMania

Je vais devoir vous parler « de mémoire » car le jeux vidéo est désormais dématérialisé, et l’abondance d’opus dans cette license ne facilite pas la tâche quand on fait des recherches…

Au commencement

En tout cas; j’ai connu le premier TrackMania (2003) , a l’époque j’avais joué à la démo. J’avais passé un bon moment. On pouvait bien entendu acheter le jeu (au format physique, dans une boîte !) : a l’époque, je n’avais pas sauté le pas. En tout cas, j’ai redécouvert cette license avec TrackMania Nation (2006) . Le jeu était alors gratuit. Il comportait qu’un seul environnement, qu’un seul véhicule, mais proposait une expérience de jeu très intéressante car très technique. Une fois qu’on maîtrisait les arcanes dans le mode de jeu local, on pouvait ensuite affronter la terre entière dans des parties multijoueurs. C’était très compétitif !

Alors, on peut se demander comment ils gagnaient de l’argent si c’était gratuit ? Tout simplement avec de la publicité. En effet, dans le jeu, on pouvait voir des panneaux publicitaires. Si bien que ces encarts proposaient de la publicité pour Nvidia, ou pour ESWC. Pour information, le jeu a été téléchargé des millions de fois. Je vous laisse imaginer le nombre de gens qui peuvent voir ces publicités et donc le prix à payer pour obtenir ces encarts. (Spoiler : j’ai pas les chiffres).

Pour jouer en ligne, il faut bien sur des serveurs. Et à l’époque, on pouvait nous même héberger des serveurs ! Sur une machine dédiée, ou sur son propre butineur ! On peut retrouver des tutos de l’époque.

Puis on a eu le droit à une extension (toujours gratuite) TrackMania Nation Forever (2008) . En plus de tout un tas d’ajout, elle permettait (entre autre) de jouer avec les joueurs de TrackMania United Forever (qui lui était payant). Un petit pas dans l’interopérabilité !

Chez Big N

Puis vient les portages sur Nintendo DS et Wii. A savoir : TrackMania DS (2008), TrackMania (2010) & TrackMania Turbo (2010). Pour faire rapide : je ne connais pas ces jeux. Et je ne connais pas l’écosystème Nintendo DS, et Nintendo Wii. Il y a peut être des choses à dire dessus mais je laisserai cela à d’autres .

TrackMania2

On en arrive à TrackMania² ! Toujours d’après Wikipedia :

Le jeu est d’abord présenté au public en 2009 comme une suite classique sous l’égide de l’éditeur historique du studio, Focus Home Interactive. Cependant, dès son rachat par l’éditeur Ubisoft, Nadeo choisit de revenir à son projet qui n’a pu être réalisé avec Focus, la création d’une plate-forme de jeu et de distribution appelée Maniaplanet, lui permettant de scinder chaque environnement de jeu et de les commercialiser séparément.

En clair, TrackMania2 devait comporter 4 environnements. Mais il a été découpé en 4 opus. Un par environnement : Canyon, Stadium, Valley, Lagoon. Et évidemment, faut acheter chaque opus. On peut tiquer sur ce genre de manœuvre qui consiste à faire acheter 4 fois un jeu plutôt que vendre un seul gros jeu.

De plus, c’est trés confus pour les joueurs et les joueuses. De mémoire, les prix n’étaient pas les mêmes pour chaque environnement. De plus, la plateforme Maniaplanet n’était pas vraiment intuitive. Cette plateforme permettant de relier les personnes, selon le jeu qu’elles possédent. On retrouve des tas de commentaires à ce sujet, et une incompréhension vis à vis de la communauté sur ce qu’ils achètent, et sur ce qu’ils reçoivent.

Un exemple de cet incompréhension. Préparez vos aspirines : ça fait mal à la tête !

Pour ceux qui ne sont pas familier avec la langue de Benedict Cumberbatch voici une traduction (réalisée avec deepl.com)

Question :

Quels jeux TrackMania 2 dois-je acheter ?
Il semble que Stadium soit le moins cher, mais des messages (ici sur le forum) indiquent qu’il y a quelques problèmes avec le jeu si les deux autres jeux (Canyon et Valley) ne sont pas possédés. Ou ai-je mal compris ?

Quoi qu’il en soit, trois jeux TrackMania 2, c’est assez confus. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ce que je dois acheter et ce que je reçois ?

 

Réponse :

À l’origine, les trois titres Canyon, Stadium et Valley sont des environnements différents et distincts qui utilisent le même moteur de base (Maniaplanet). Il existe même un jeu de tir, appelé ShootMania.
Et lorsque vous utilisez le client autonome, disponible à partir de la page Maniaplanet, vous pouvez jouer à tous les titres sans avoir à quitter et à redémarrer le jeu. Il existe même un mini titre spécial appelé « TrackMania² », qui permet de créer et de jouer sur des serveurs multijoueurs, où les cartes des différents titres peuvent être jouées presque sans problème (il n’est même pas nécessaire de quitter un titre).
Il est à espérer que cela sera également valable pour le titre Lagoon, qui sortira bientôt (d’abord lancé dans Turbo).

En raison de problèmes commerciaux (Nadeo a choisi de pouvoir vendre les titres indépendamment avec ses propres installateurs), de la façon dont le jeu est géré (il peut être considéré comme un jeu individuel mais aussi comme un DLC), et peut-être pour d’autres raisons inconnues, dans Steam, chaque titre Maniaplanet est vraiment distinct et doit également être lancé séparément.

Maintenant, si vous n’achetez qu’un ou deux titres, tout va bien.
Mais si vous choisissez d’avoir tous les titres Maniaplanet TrackMania existants, alors je vous recommande de les enregistrer tous sur le même compte Maniaplanet, et ensuite vous pouvez installer le client autonome si vous souhaitez essayer le titre unificateur « Trackmania² ».

Ce que vous devriez faire, personne ne peut le dire. Bien sûr, Nadeo et Ubisoft aimeraient que vous achetiez tout et vous en seraient reconnaissants.
Mais vous pouvez aussi rester avec un seul titre si vous le souhaitez.

Enfin, on peut aussi tiquer sur l’utilisation d’une plateforme de distribution de jeux vidéo et de contenu centralisé sur un même serveur Ubisoft.

Je passe TrackMania Turbo (2016) que je connais pas pour arriver au point d’orgue de cette article : TrackMania (2020). Accrochez vous à votre chaise , vous risquez de tomber.

TrackMania (2020)

Tout d’abord, selon l’éditeur, il s’agit d’un remake de TrackMania Nation. Vous vous souvenez ? On en a parlé ci dessus.

Bon alors, déjà, l’offre de prix. Le jeu étant très récent (1er Juillet 2020) on a les tarifs ! Il existe 4 offres :

  • Edition Starter : Gratuite
  • Edition Standard : 9.99 € / an
  • Edition Club : 29.99 € / an
  • Edition Club 3 ans : 59.99 € (pour 3 ans)

Bon ! Alors. Plein de choses à dire !

D’abord ma vision des choses sur les abonnements. Pourquoi certains jeux sont soumis à un abonnement ? Petite digression :

Pour un jeu hors ligne, ça ne change rien qu’il y ait un ou cent mille joueurs en même temps. Chacun joue sur son petit butineur dans coin. Si on fait des parties en ligne en 1 VS 1 par exemple, alors l’un des deux joueurs peut héberger la partie. Ca ne change rien pour l’éditeur du jeux. Certains éditeurs proposent des serveurs pour jouer en ligne sans contrepartie. On trouve ça pour des parties en ligne comportant une vingtaine de joueur environ. Mais si il y a beaucoup de joueurs sur la carte en même temps (comme c’est le cas dans les MMORPG bien souvent) alors il faut des gros serveurs pour gérer tout ce petit monde. Et ça coûte cher. Vu que le jeu n’est pas jouable hors ligne, l’éditeur doit à tout prix faire que son serveur marche bien. De plus, l’utilisation d’abonnement dans ce genre de cas permet aussi une meilleure organisation des ressources. Plus il y a de joueurs, plus il y a d’abonnements, plus il y a d’argent dans les caisses, plus l’éditeur peut prendre un serveur performant pour subvenir aux besoins. (Et le nombre de joueur, on peut pas le connaître à l’avance…)

Voilà pourquoi certains jeux sont soumis à l’abonnement. Mais vous vous dites peut être « Hé mais je connais des MMORPG où y’a pas d’abonnement ». C’est vrai, ça existe. Comment font ils alors ?
Plusieurs solutions :

  • Des serveurs plus petits (on parle d’instance). Tout le monde n’est pas au même endroit et donc ça coûte moins cher. (Mais l’ambiance est moins immersive, on a l’impression de se balader dans un monde vide…) On retrouve ça sur Guild Wars par exemple.
  • De la micro transaction. On fait payer aux joueurs des modifications esthétiques avec du vrai argent. Mais ca peut être encore plus malsain quand vous pouvez acheter « l’épée-de-la-mort-qui-tue-super-puissante-of-the-dead » avec du vrai argent. Moralité, ceux qui payent sont super fort, ceux qui payent pas se font taper par les super forts. C’est pas vraiment marrant en terme de game play… Fortnite fait beaucoup parler de lui avec ses systèmes de micro transaction « cosmétique ». Path Of Exile lui aussi est totalement gratuit mais propose aux joueurs de les soutenir en achetant des packs cosmétiques.
  • Un système freemium. Vous pouvez jouer gratuitement mais vous n’aurez pas accès à 100% du contenu. Il vous faudra alors payer pour ça. Un prix fixe, ou un abonnement. En gros, c’est ceux qui payent qui font tourner la machine et qui en font profiter à ceux qui profitent du contenu gratuit. On retrouve ça dans Dofus par exemple mais aussi dans Secret World.
  • De la publicité en jeu. Par exemple Anarchy Online.
  • Un subtil mélange de tout ça…
  • Tout est gratuit, ouvert, open-source, libre, interopérable, par pur altruisme dans le meilleur des mondes ! (#trololol)

Bon maintenant qu’on comprends les impératifs qui peuvent faire que parfois certains jeux nécessitent un abonnement ; on peut revenir à TrackMania. Ha pardon ! J’ai dis « abonnement » mais que nenni ! Il n’en est rien ! D’aprés un article de JVC :

En réalité, il ne s’agit pas d’un abonnement, mais d’un accès au jeu pour une durée limitée. Vous payez pour avoir accès au jeu pendant une période et c’est tout. Lorsque le temps est écoulé, vous devez acheter à nouveau le jeu (au prix correspondant) à la durée durant laquelle vous voulez y accéder.

(Citation originale (lien) )

Hello Mickey,
Actually it’s not a subscription model but an access to the game for a limited time. You pay for having access to the game for one period and that’s it. When the time is over, you have to buy the game again for the time that you want to access it again.

Là, vous devez tomber de votre chaise.

Déjà, on peut se dire que c’est vraiment douteux comme argumentaire : « Vous payez tous les ans pour un jeu mais c’est pas un abonnement ». Ha ba dans ce cas là : je télécharge le jeu illégalement, je le crack, j’en profite mais c’est pas du piratage ! (Merci à Tinerion pour cette idée)

De plus, si vous vous rappelez bien, ce TrackMania est un remake de TrackMania Nation. Celui là même ou on pouvait héberger nous même nos serveurs. Apparemment on peut toujours le faire. Du coup, si Ubisoft n’a pas de gros serveur à faire tourner, pourquoi demander un abonnement ?

Mais attendez c’est pas tout ! Vous vous rappelez tout à l’heure, j’ai précisé qu’il y avait 3 offres différentes : Starter, Standard, et Club.

C’est quoi la différence entre ces trois offres ? On doit avoir accès à plus ou moins de choses… Et bien oui, et voici les différences :

C’est une police d’assurance ? Non non ! Vous pouvez cliquez dessus pour voir le détail…

Mais c’est pas tout !

On vient de voir qu’on peut créer ses propres serveurs. Mais vous savez ce qui est le plus « drôle » ? C’est que pour créer un serveur local sur votre réseau local à vous, relié avec vos propres RJ45 : vous devez aussi avoir un abonnement. Pour un serveur local j’insiste ! (Et rassurez vous, pour créer un serveur dédié, faut quand même être premium…)

Mais c’est pas fini !

L’un des avantages de cette nouvelle mouture c’est le système de Saison. Ainsi vous aurez le droit à 25 circuits (made by Nadeo/Ubisoft) tous les trois mois . On peut penser que c’est ça qui justifie le paiement d’un abonnement ? Mais c’est l’arbre qui cache la forêt. En effet, chaque jour un nouveau circuit sera mis en avant (« Track Of The Day »). Un circuit non pas créé par l’équipe de développement du jeu, mais par la communauté. On nous explique que si vous prenez un abonnement d’un an vous pouvez conserver les 465 circuits à la fin de l’année (quatre campagnes de 25 cartes et 365 Tracks of the Day.)

Vous voyez la douille ?

Vous vous dites « je paye 10€ pour 465 circuits; ça fait environ 2 centimes le circuits ». Sauf que sur les 465 circuits, il y en a 365 qui ont été proposé par la communauté. Vous avez donc payé pour du contenu « gratuit ».

Et le plus drôle dans l’histoire , c’est que l’éditeur de circuit avancé n’est disponible qu’en prenant un abonnement (l’éditeur de circuit basique est dans la version gratuite). Or, j’imagine que les circuits mis en avant par Nadeo seront les meilleurs, donc les plus « foufous », et je suis prêt à parier que la plupart des circuits mis en avant seront réalisés avec l’éditeur avancé.

Donc pour Nadeo, c’est encore mieux que de la R&D gratuite ! Vous payez pour leur fournir du contenu. C’est merveilleux !

Et sachez pour couronner le tout : que le forfait gratuit ne permet pas d’avoir accés à ces campagnes et à ces circuits « Track Of The Day ».

En résumé : Vous devez payer pour créer gratuitement du contenu pour Nadeo accessible seulement pour ceux qui ont payé.

On peut encore mieux faire !

Je vous avez expliqué précédemment que TrackMania Nation comportait de la publicité in-game. C’est ce qui permettait de le rendre gratuit. Devinez quoi ? Maintenant que le jeu est « payant » et ben ils ont laissé la pub pour tout le monde ! Mais rassurez vous, vous pouvez la supprimer si vous acheter le jeu. (Oui, c’est pas automatique… C’est à vous d’aller la désactiver dans les options ! Donc vous payez, vous avez des pubs, et si vous voulez pas les avoir c’est à vous de faire l’effort !)

Toujours plus loin ! Toujours plus haut !

Je pense qu’on pourrait encore trouver des choses à redire mais malheureusement je ne peux pas jouer à ce jeu car je suis sous Linux et ce jeu n’est accessible que via la plateforme Uplay ou l’Epic Game Store. Encore une fois l’utilisation de ce type de plateforme pose énormément de problème qu’on a brièvement évoqué quand je parlais de Maniaplanet ci dessus.

En effet, bien que vous « achetez les jeux » , ils sont la plupart du temps sur les serveurs de ces plateformes, et il devient de plus en en plus difficile de jouer en étant hors ligne. De plus bien que vous avez acheté ces jeux, si demain la plateforme ferme, vous n’avez aucune garanti de récupérez votre collection.

Enfin, je vais quand même donner un bon point à Ubisoft. Car ils écrivent noir sur blanc que vous n’achetez pas le jeu et qu’il ne vous appartient pas (contrairement à Steam par exemple, où c’est écrit « acheter » sur le petit bouton) mais uniquement un droit d’accès.

Je remet ici la citation :

En réalité, il ne s’agit pas d’un abonnement, mais d’un accès au jeu pour une durée limitée. Vous payez pour avoir accès au jeu pendant une période et c’est tout. Lorsque le temps est écoulé, vous devez acheter à nouveau le jeu (au prix correspondant) à la durée durant laquelle vous voulez y accéder.

Bref, c’est du caca. N’achetez pas du caca.

Avocat du diable

« Si je comprends bien, tu veux tout gratuit ? »

Non.

Je peux comprendre qu’il faut payer pour acheter un jeu. Je peux comprendre que sur certains jeux, on peut mettre en place un système d’abonnement. Ce que je déplore ici, c’est que ce n’est pas tout à fait justifié comme on vient de le voir !

« Ca va, 10 euro par an c’est pas la mer à boire ! »

C’est pas une raison ! A partir du moment où il n’y a pas lieu de mettre en place un abonnement, même le mettre à un euro ça serait déjà trop ! De plus, si Ubisoft arrive à nous faire accepter ça. Demain, tous les éditeurs feront la même chose. Et on se retrouvera (à l’instar des sites de VOD) à devoir payer un abonnement par jeu, et se retrouver avec une facture de plusieurs centaines d’euro à la fin du mois pour quelques jeux seulement ! Et on aura pas le temps d’y jouer…

Le coût des abonnements par mois pour les services de VOD américains.

 

« Boarf c’est comme ça on peut rien y faire. »

C’est pas vrai. On peut refuser de mettre de l’argent là dedans, faire des articles, en parler. On peut même (si vous avez la compétence) allez voir dans la loi si c’est tout ça est légal. Si une association de défense des consommateurs peut leur taper sur les doigts par exemple ? Je ne sais pas si c’est possible, peut être que tout est légal. Mais si on baisse les bras et qu’on n’essaye pas …

Pour conclure :

Faites ce que vous voulez. Mais maintenant : vous sachez.

Merci d’avoir lu cet article, n’ayant pas le jeu sous la main je suis peut être passé à coté de deux ou trois trucs. J’ai également peut être raconté des bobards alors n’hésitez pas à me corriger.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s